Claire Tourigny

Claire continue à vous offrir sa poésie inspirante, agrémentée de photos qui vous aideront à toucher l’endroit en vous qui s’en délecte.

Voici quatre liens qui vous mèneront à son poème Cela n’a jamais commencé. Cliquez sur le lien qui vous plaît. Ce sont :

  1. Ses nouveaux vers seulement, avec photos couleur;

______________________________

Pour lire et écouter la musique et le chant de sa première série de poèmes intitulée Les ruches du coeur, cliquez ICI.

Si vous souhaitez avoir la version PDF de Les ruches du coeur afin de les imprimer, cliquez ICI

______________________________

Vous trouverez plus bas une courte présentation de Claire qui vous la fera connaître et apprécier…

PRÉSENTATION

Je suis née en 1942. La première partie de ma vie, très protégée, m’a servi de cocon qui s’est ouvert quarante-huit ans plus tard, quand j’ai connu la Mère et Sri Aurobindo. Ce fut immédiat, total, définitif : une déchirure, une trouée aveuglante, la terre et le ciel qui s’ouvraient en même temps pour me remettre au monde : ma deuxième naissance, la vraie.

Cela s’est fait à la lecture du livre de Satprem, Sri Aurobindo ou l’aventure de la conscience. Dès la lecture des premières pages, mon univers a basculé. Je voyais scintiller, comme d’une même lumière, les citations de SAVITRI et des hymnes védiques. Je voyais deux avatars m’ouvrir tout grand les bras et j’ai immédiatement remis le gouvernail de ma vie entre leurs mains.

SAVITRI est devenu le livre de ma vie. Et de tout mon être, j’ai fait à la Mère une prière : celle d’organiser toutes les circonstances de ma vie pour que je puisse, de la façon la plus rapide et la plus directe, devenir son instrument. Quand, à soixante ans, j’ai eu cet AVC qui m’a rendue hémiplégique, j’ai compris qu’un destin spécial était réservé à mon corps. Et pas une seconde je n’ai songé à dire non à ce destin, car plus que jamais je sentais les immenses mains d’amour qui m’enveloppaient et me portaient.

L’immobilité physique a réduit d’un seul coup ma vie à l’essentiel et m’a forcée à descendre très bas en moi, là où se trouve la vraie source de toutes les possibilités. Sri Aurobindo a déjà dit que l’écriture de SAVITRI était pour lui un « véhicule d’ascension ». Comme je marche sur ses traces, j’aspire à ce que ma poésie soit le même véhicule pour moi.

Celle que j’ai écrite dans ma jeunesse m’a servi de préparation. Dans Les ruches du cœur*, j’ai voulu aller jusqu’au bout de mes possibilités individuelles d’écriture. Puis, sur la pointe du crayon comme sur la pointe des pieds, j’ai fait de ma poésie une sorte de danse méditative. Aujourd’hui, j’essaie simplement de m’effacer et de devenir un vide ouvert pour laisser les rishis védiques parler à ma place.

______________________________

* Voir ailleurs sur ce site, toujours sous l’onglet Claire Tourigny.